Publié le Laisser un commentaire

Métabolisme, ce qu’il faut comprendre

Métabolisme, kézako ?

Dans mes précédents articles, j’ai souvent employé le terme « Métabolisme » dans mes propos. Je vois déjà quelques-uns se demander, que se cache-t-il derrière ce terme technique ? Il faut savoir qu’il représente une notion très importante qui régit tout ce qui se passe au sein du corps, d’un  point de vue énergétique. Comprendre son fonctionnement vous permettra de mieux prendre le « contrôle » de votre corps et de faire un pas de plus vers votre objectif de transformation physique (gain/perte de poids). Dans cet article, je partage avec vous des astuces élémentaires pour mieux appréhender le métabolisme, qui n’est toujours pas simple à cerner.

Le corps, une machine

Pour mieux comprendre cette notion de métabolisme, je vous demanderai d’imaginer que le corps est une machine. Qui dit machine, dit besoin d’énergie pour pouvoir fonctionner correctement et effectuer la tâche qu’on attend d’elle. Cette énergie provient des aliments consommés au cours de la journée et transformé par le système digestif. Chaque fonction du corps (même la plus basique) consomme justement une quantité de cette énergie. De ce fait, le métabolisme est tout simplement la consommation énergétique totale pour pouvoir effectuer l’ensemble des opérations nécessaires pour le corps. On entend souvent aussi parler de « métabolisme basal ». Cela signifie juste la quantité d’énergie nécessaire pour la survie du corps sans tenir compte des dépenses énergétiques externes liés au mouvement, entraînements, …

Anabolisme vs Catabolisme

Maintenant que nous comprenons mieux ce qu’est le métabolisme, il est important de maîtriser deux aspects essentiels qui gravitent autour : l’anabolisme et le catabolisme. Selon l’objectif physique que vous visez, il faut veiller à ce que l’un ou l’autre se produise pour atteindre le résultat souhaité. Si on souhaite prendre du poids et particulièrement construire des fibres musculaires, c’est l’anabolisme musculaire qu’il faudra favoriser. Ce dernier ne peut survenir que si un individu a un apport calorique qui est supérieur aux capacités de son métabolisme à dépenser de l’énergie. Oubliez rapidement de vouloir déclencher l’anabolisme en mangeant moins que son besoin métabolique.

En contrepartie, si l’objectif visé est une perte de poids (graisses principalement), c’est le catabolisme qu’il faudra déclencher. Cela aura lieu simplement en consommant une quantité de calories légèrement inférieure à son besoin métabolique. Le but du jeu sera donc de déterminer approximativement quel intervalle de calories vous permet d’être soit en anabolisme ou en catabolisme. Je vous invite à regarder mon article de nutrition, et essayer différents types de programmes diététiques pour y arriver. Dès que cela est atteint, je pourrais vous féliciter : vous avez une meilleure maîtrise de votre corps !

Rapide vs Lent

Chaque individu est différent, on est bien d’accord ! Alors, je peux vous garantir que le métabolisme n’échappe pas à cette règle. La programmation génétique de chacun entre en jeu et impose un métabolisme rapide ou lent (ou entre les deux). Mais avant de s’aventurer plus loin, rappelons ce qu’est un métabolisme rapide et lent. Être doté d’un métabolisme rapide signifie tout simplement avoir une grande capacité à dépenser de l’énergie (même en faisant la sieste :D).

En revanche, un profil métabolique lent signifie une capacité relativement faible à brûler des calories. Cela se répercute évidemment sur la quantité d’aliments à manger. Untel avec un métabolisme rapide doit s’envoyer énormément de plats caloriques pour espérer que son poids bouge sur la balance, perdre du poids est pour lui un jeu d’enfant. Son voisin ayant un métabolisme plus lent, dois restreindre beaucoup plus son alimentation pour réussir une perte de poids, mais a tendance à en prendre facilement.

Ensuite, il existe une troisième famille de personnes gâtées par la nature, j’ai nommé le métabolisme moyen. Comme son appellation le fait comprendre, ce type se situe entre les deux précédents et vous fait bénéficier de tous leurs avantages : un équilibre entre la capacité à perdre du poids et à en prendre. Bien que la vitesse du métabolisme est une caractéristique liée en majeure partie à la génétique, il existe des moyens de l’optimiser et de le rendre naturellement plus rapide : Rendez-vous au paragraphe suivant !

Optimiser son métabolisme

Je conclus cet article par vous fournir mes meilleurs conseils / astuces pour mieux optimiser son métabolisme juste en changeant quelques habitudes dans sa vie quotidienne, mais qu’il faudra tenir sur le long terme. Le premier ennemi face à un métabolisme qui fait ses preuves est l’alcool, justement une consommation abusive et fréquente. Eviter ou en réduire grandement la consommation sera votre arme. Deuxièmement, prendre de la masse musculaire boostera considérablement la vitesse métabolique (je vois les fans de musculation ravis :D). Dans un schéma logique, avoir plus de muscle accroît le besoin énergétique pour l’entretenir, et en résulte donc un métabolisme plus rapide. Une quantité de calories qui vous faisait prendre du poids auparavant, vous permettra à peine d’entretenir votre nouvelle masse musculaire.

Pour les habitués de régimes, évitez les diètes trop restrictives et le fait de couper les bonnes sources de lipides. Une grande restriction finit par ralentir le métabolisme et n’aura pas forcément l’effet recherché. Réduisez plutôt progressivement les glucides et augmentez la dépense calorique grâce à l’entrainement (et le cardio). Enfin, je ne cesserai pas de toujours rappeler qu’apporter un soin particulier à la nutrition et au sommeil est primordial !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.